Cloud Computing : Microsoft redistribue les cartes

Deux annonces successives de Microsoft vont modifier l’approche actuelle du licensing chez les principaux cloud provider du marché. Microsoft lance l’offensive sur ses principaux concurrents dans le domaine du cloud computing, en utilisant sa base software installée comme levier.

 

A partir du 1er Octobre, les licences acquises sans Software Assurance ne pourront plus être déployées sur des serveurs hôtes dédiés chez les cloud providers suivants : Azure, Alibaba, AWS, Google Cloud.

 

Cette annonce met fin à l’utilisation d’une clause spécifique des Product Terms de Microsoft (Outsourcing), qui permettait jusqu’à présent l’usage de toutes les licences à l’identique, que l’on soit dans un environnement on-premises traditionnel, ou sur un hosting dédié chez un Cloud Provider (Amazon EC2 Dedicated Host par exemple).

 

Ainsi, les licences sans Software Assurance ou les produits non éligibles à la license Mobility through Software Assurance ne pourront plus être portés sur des instances ou des serveurs hôtes dédiés chez les géants du cloud.

 

Par ailleurs, Microsoft a également annoncé quelques heures auparavant la mise à disposition d’une offre de hosting dédiée sur le cloud Azure qui permet, à l’image des offres concurrentes existantes, d’exécuter des workloads sur des serveurs dédiés à un unique client. Cette offre s‘accompagne d’une modification de l’Azure Hybrid Benefit, effective dans le product term du mois d’Août 2019, qui inclut désormais ces hôtes dédiés sur Azure.

 

La combinaison de ces deux annonces laisse d’ores et déjà entrevoir des conséquences pour les clients ayant opéré une migration de leurs workloads vers le cloud. Vraisemblablement, mais cela reste à confirmer dans les Product Terms d’Octobre 2019, il ne sera par exemple plus possible de bénéficier du droit de virtualisation illimité venant avec SQL Server en édition Enterprise ailleurs que sur Azure. De la même manière, les licences Windows Server qui ne sont pas éligibles à la License Mobility through Software Assurance, ne pourront peut-être plus faire l’objet de déploiement sur des offres cloud dédiées au titre de la clause d’Outsourcing en dehors d’Azure via cet HUB modifié.

 

Enfin, Microsoft précise dès à présent qu’il faudra considérer différemment les licences acquises avant et après le 1er Octobre 2019. Ceci n’est pas sans rappeler les changements de métriques vécus précédemment à l’image du passage en métrique Core de Windows Server en Octobre 2016, non sans heurts, par les clients de l’éditeur. Il faudra donc composer avec la gestion d’un patrimoine mixte en matière de règles de licensing applicables sur le cloud. Gardons également à l’esprit, qu’il sera nécessaire de lire chaque situation au travers du prisme contractuel propre à chaque client.

 

Chaque scénario combinant plusieurs produits, avec ou sans Software Assurance, sur différents types d’instances, devra donc être réexaminé afin d’en évaluer la conformité à partir du 1er Octobre 2019 et particulièrement en cas de renouvellement de contrat ou d’acquisition de nouvelles licences complémentaires.

 

 

 

Ecrit par Mathieu Dufetelle

Consultant Microsoft / VMWare

 

 

 

 

 

 

Sources :

https://www.microsoft.com/en-us/licensing/news/updated-licensing-rights-for-dedicated-cloud

https://azure.microsoft.com/en-gb/blog/introducing-azure-dedicated-host/

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.