A qui confieriez vous la gestion de vos déploiements Cloud ?

La bonne gestion des actifs logiciels s’assure par l’indépendance.

 

La gestion des actifs logiciels est désormais reconnue au sein des entreprises comme un axe stratégique de conformité et d’optimisation qui, s’il est non maitrisé, peut mener à des risques financiers très importants, s’exprimant parfois en millions d’euros. Pour y faire face, les plus grandes entreprises s’arment d’équipes expertes de Software Asset Manager qui offrent notamment leur support à la mise en place de processus de gestion des achats et des déploiements, la négociation de contrats, et à l’élaboration de la stratégie d’audit en cas de demande de l’Editeur.

Il est aujourd’hui inconcevable pour une entreprise ayant une démarche Software Asset Management de s’allier à un revendeur de logiciel pour effectuer la gestion de ses achats ou de ses déploiements. En effet, celui-ci n’étant pas indépendant mais au contraire partenaire du fournisseur de Logiciels, vos intérêts divergent et vous risquez fortement de sortir désavantagé de cette collaboration : Votre objectif est d’optimiser l’allocation des licences en fonction de vos usages réels tandis que le revendeur a intérêt à ce que vous achetiez davantage de licences logicielles. D’ailleurs, pour des prestations liées au service SAM, il arrive que les offres commerciales des revendeurs soient anormalement basses, l’équilibre financier global du revendeur tenant dans la revente des licences en fin de mission.

Il est donc judicieux pour les entreprises de former les compétences en internes sur les bonnes pratiques du Software Asset Management ou bien de faire appel à un cabinet d’expertise indépendant des Editeurs et à l’écoute de votre besoin réel.

 

Qu’en est-il de vos déploiements Cloud ?

 

L’objectif du Cloud est de proposer un service simple et fonctionnel qui promet aux utilisateurs une disponibilité des ressources et un paiement à l’usage. En réalité, ce nouveau mode de consommation soulève de nouveaux enjeux de dépendance aux Cloud Services Providers comme AWS, Azure ou encore Google Cloud Platform. Les efforts d’adoption et de migration vers les Cloud Publics sont conséquents et nécessitent la mise en place d’une gouvernance Cloud structurée pour optimiser les déploiements et par conséquent, les facturations associées.

Comme pour la gestion des actifs logiciels, interrogeons-nous sur les leviers à notre disposition pour piloter cette relation technique et commerciale.

D’un point de vue technique, de nombreux clients confient la gestion de leurs déploiements Cloud à un Managed Services Provider (MSP = infogérant du Cloud), acteurs partenaires technologiques historiques comme Pure Player, qui vous proposent d’administrer vos ressources Cloud à votre place si vous ne disposez pas des compétences en internes pour le réaliser. Dans cette approche plusieurs éléments nécessitent une mise sous contrôle.

Il est ici essentiel d’identifier si le mode de rémunération du Managed Services Provider (ou infogérant du Cloud) est indexé sur votre facturation Cloud. Si c’est le cas, plus vos déploiements Cloud seront importants, plus le revenu du MSP augmentera. Il n’a donc pas de raison particulière de vous aider à mettre en place les techniques de contrôle et d’optimisations des déploiements afin que votre facture soit maîtrisée. Le redimensionnement des instances, l’amélioration de l’élasticité, et l’optimisation du stockage ne seront donc pas des actions avantageuses à mettre en place pour le Managed Services Provider.

De plus, l’administration des ressources par un infogérant nécessite un processus d’acceptation et de traitement des demandes pour accéder aux ressources. Il est donc nécessaire d’anticiper un délai de traitement de la demande de ressource avant de pouvoir y accéder, ce qui peut s’avérer désavantageux alors que le Cloud offre la possibilité d’accéder aux ressources IT en temps réel.

Or, votre démarche Cloud a pour objectif principal d’obtenir des ressources IT instantanément (Saas, Iaas, Paas), et ce grâce à des experts administrateurs des ressources optimisant les déploiements nécessaires dans une démarche FinOps.

 

Comme nous l’avons vu pour la gestion des licences logicielles, dont l’analyse de l’utilisation et des optimisations associées doit être confiée à un tiers non-conflicté, il vous appartiendra, dans le cadre d’un service confié à un MSP infogérant du Cloud, de disposer en toute autonomie des éléments d’analyse et d’optimisation des consommations Cloud ; ces analyses pouvant être effectuées en internes ou confiées à un partenaire indépendant. Ces démarches seront outillées, et vous devrez disposer d’un accès direct, non soumis à une action du MSP, pour être en mesure d’identifier, analyser et demander les optimisations liées aux consommations de ressources.

Plus globalement, la bonne démarche liée à l’adoption et la migration vers le Cloud est de mettre en place une gouvernance Cloud adéquate pour sensibiliser les parties prenantes, former les ressources en interne à l’administration, contrôler et optimiser les déploiements effectués vers le Cloud public.

 

Ecrit par Romane Daviaud

Consultante Elée

Leave a Reply

Your email address will not be published.