Interruptions Bloomberg le 17 avril : Une panne informatique coulera-t-elle une entreprise demain ?

Partager sur Facebook
Partager sur Scoopit!

150505 American Airlines320.000 abonnés Bloomberg perdent leurs accès pendant 2 heures le 17 avril 2015. Mille appareils American Airlines restent bloqués au sol jusqu’à 22h30 le 16 avril 2013. Wall Street est arrêté trois heures le 22 août 2013. Les utilisateurs Blackberry perdent la qualité de service qui faisait la fierté de la société canadienne du 10 au 12 octobre 2011.

Ainsi donc, aux Etats-Unis, pays nourricier de l’informatique contemporaine, les pannes informatiques existent. Aussi.

Pourtant, ni là-bas, ni en France, nous n’avons encore vécu une catastrophe industrielle d’origine informatique, qui déclenche ensuite la mort de l’entreprise où elle se produit. Union Carbide n’existe plus. Pan Am n’existe plus. Il ne s’agissait pas de pannes informatiques.

Alors, d’où vient le paradoxe ? Nous croyons à deux causes : entre des acteurs performants et non performants, les écarts commencent seulement à se creuser. Que ce soit pour la clarté de la vitrine qu’est le site internet, pour le temps de réponse de celui-ci, pour le nombre des pannes, les écarts se creusent. Un jour, comme dans les années 80 pour l’automobile, on constatera que notre industrie est en retard par rapport à des opérateurs étrangers.

150505 Toyota Production SystemLa démographie des pannes est trompeuse. Elle ne produit que peu à peu ses effets. D’une part, les dizaines de milliers d’incidents sont un peu le formol anesthésiant des efforts informatiques d’aujourd’hui. L’industrie automobile autrefois comptaient des armées d’opérateurs devant des consoles. Il a fallu le Toyota Production System pour prouver que cette approche de la gestion réactive de défauts peu coûteux chacun participait d’une erreur de perspective, et que la correction des causes à la racine était le bon combat.

Et d’autre part, insidieusement, derrière ces myriades de petits incidents, des scénarios de type catastrophe géante deviennent possibles. Leurs ressorts s’arment peu à peu, cachés dans la forêt des petites défaillances. Alors, oui, une panne informatique coulera un jour un géant de l’économie.

Certaines méthodes comme l’AMDEC, comme la Maîtrise Statistique des Procédés ont prouvé leur efficacité dans des dizaines d’industrie. Nous croyons que l’informatique va les adopter aussi, tellement c’est une évidence. La mission de notre start-up est de mettre au service des DSI une connaissance fine des assets, des mécanismes techniques informatiques et des méthodes les plus pointues de la fiabilité. C’est une grande joie d’aider nos clients DSI à aller plus vite, avec moins de handicaps et moins de risques !

Partager sur Facebook
Partager sur Scoopit!

Ces articles peuvent vous intéresser